Avec l’enquête de la FIFA, que risque Nasser Al-Khelaïfi ?

Rédigé par : | Le 17 octobre 2017 à 19:38
| Mise à jour : 17 octobre 2017 à 19:39

Nasser Al-Khelaïfi
Nasser Al-Khelaïfi

Nasser Al-Khelaïfi est sous le coup d’une enquête de la justice suisse pour corruption. Mais la FIFA aussi.

Quelques jours après l’incroyable enquête ouverte par la justice suisse pour corruption sur l’attribution des droits TV, la réplique de Nasser Al-Khelaïfi se fait attendre. Si BeIN Media a déjà assuré toute sa transparence dans le dossier, la commission d’éthique de la FIFA enquête de son côté.

publicité

La commission d’éthique de la FIFA, c’est qui ? Il y a deux membres, la Colombienne Maria Claudia Roja et le Grec Vassilios Skouris ont été désignés en mai dernier par le Comité exécutif de la Fifa. Du sang neuf après les affaires Blatter, Platini et Valcke…

publicité

La commission d’éthique de la FIFA, c’est quoi ? Cette instance est chargée de s’occuper de toutes les affaires concernant les dirigeants du foot mondial. Elle se saisit des dossiers de dirigeants sous le coup d’une enquête judiciaire. C’est donc une saisine automatique.

publicité

Deux chambres la compose: une d’instruction et une de jugement. Elle enquête, rend ses conclusions, puis, c’est la chambre de jugement qui aura pour rôle de rendre un verdict après audition de Nasser Al-Khelaïfi.

Nasser Al-Khelaïfi peut-il être suspendu ? Si une démission est totalement exclue à ce stade, la FIFA peut très bien empêcher le président du PSG de continuer ses activités… même si l’affaire ne concerne pas du tout le PSG, ce que rappelle et précise la FIFA. C’est en sa qualité de président de BeIn Media que NAK est soupçonné.

Mais la Commission d’éthique peut suspendre provisoirement de toutes activités liées au football, et donc y compris de ses fonctions de président du PSG. Ensuite, il peut y avoir simple avertissement ou suspension à quelques années, voire à vie. Nasser Al-Khelaïfi devrait rapidement être auditionné par cette commission.

Pour le moment, la justice suisse, dont l’enquête est totalement indépendante de cette de la FIFA, n’a pas révélé ses éléments du dossier. Seule le prêt d’une villa en Sardaigne à Jérôme Valcke, ancien cadre de la FIFA, est sorti dans la presse. Ce que l’intéressé à démenti. Il a même dédouané Nasser Al-Khelaïfi aux premières heures de l’affaire.