Bayern/PSG: la première place ou la crise ?

Rédigé par : | Le 5 décembre 2017 à 12:03
| Mise à jour : 5 décembre 2017 à 12:03

Cavani et Neymar
Cavani et Neymar

Le PSG affronte le Bayern Munich ce mardi soir en Ligue des Champions.

C’est le match à ne pas rater pour le PSG. Les parisiens doivent faire au moins match nul à Munich pour espérer rester en première place du groupe de LDC. Derrière, Munich est à trois points, mais doit l’emporter au moins 4-0 pour espérer reprendre la première place du classement.

Mission presque impossible donc, mais Emery se méfie tout de même, puisque la défaite surprise à Strasbourg est passée par là. « Nous voulons rebondir, montrer de quoi nous sommes capables.  Nous sommes impatient d’y être. On attaquera tous ensemble et on défendra tous ensemble. Nous avons de grandes attentes, et nous sommes prêts mentalement », a-t-il dit en conférence de presse.

Le Bayern veut laver l’affront

Une défaite, et Emery pourrait cependant être fortement fragilisé. Car le président du PSG Nasser Al-Khelaïfi n’a pas vraiment apprécié d’être la risée de l’Europe après la défaite samedi à la Meinau. Les opposants au PSG s’y sont en effet donnés à coeur joie en Italie ou encore en Espagne.

Le Bayern aura aussi à coeur de faire oublier la claque de l’aller. L’entraîneur allemand Jupp Heynckes avait été nommé juste après… « Il s’agit avant tout de prestige, d’oublier le match aller, de montrer sur la scène européenne que nous sommes à la hauteur d’un club qui a investi un demi-milliard d’euros en recrutement et qui joue au plus haut niveau européen », a-t-il lancé.

Première place perdue = grosse claque

De son côté, Edinson Cavani estime que ce match sera un bon test pour les ambitions du PSG cette saison. « Le Bayern est une grande équipe, qui a remporté beaucoup de trophées dans son histoire. Ce sera un grand test pour nous. Mais tous les matches sont différents, on sait ce qu’on a à faire sur terrain. On veut montrer à l’Europe nos ambitions, et notamment celles de gagner aussi beaucoup de titres », a-t-il dit lundi soir.

Une défaite par plus de 4 buts d’écarts en LDC ferait forcément désordre. Victoire obligatoire donc, pour passer un bon hiver. Faute de quoi, le mercato hivernal pourrait être agité pour Unai Emery…