Innocenté de soupçons de corruption, Nasser Al-Khelaïfi veut laver son honneur

Rédigé par : | Le 20 février 2020 à 12:21
| Mise à jour : 20 février 2020 à 16:04

Nasser Al-Khelaïfi
Nasser Al-Khelaïfi

Le président du PSG Nasser Al-Khelaïfi n’est plus soupçonné de «corruption» dans l’affaire des attributions des droits médias des coupes du monde 2026 et 2030, mais est accusé « d’instigation » par la justice suisse.

Le président du PSG a été inculpé jeudi non plus pour corruption, mais pour « instigation à la gestion déloyale » dans une affaire de corruption, par la Justice suisse. L’ancien numéro deux de la Fifa, Jérôme Valcke, est aussi inculpé dans cette affaire.

publicité

Cette inculpation de Nasser Al-Khelaïfi se fait cependant en dehors du cadre de ses fonctions au PSG. Nasser Al-Khelaïfi n’est pas inculpé pour corruption, mais pour « instigation à la gestion déloyale » dans une affaire de corruption, précise son avocat.

publicité

« Le plus important, c’est que toutes les accusations de corruption privée relatives à l’octroi des droits médias ont été abandonnées. Ces accusations, contestées depuis le premier jour, n’étaient pas solides. Il est désormais admis que le contrat relatif aux droits médias des Coupes du monde 2026-2030 a été négocié et conclu dans le respect de toutes les règles applicables”, indique Maître Mangeat, avocat du président du PSG.

publicité

NAK se dit innocent pour la seconde accusation

“Notre client n’est plus accusé que d’une seule et unique infraction : d’avoir incité Jérôme Valcke à ne pas restituer à la FIFA de prétendus avantages. Cette accusation manque de sérieux. Elle n’a du reste été mentionnée pour la première fois que le 2 décembre 2019, à la surprise de toutes les parties, n’a pas été instruite, et notre client n’a jamais pu s’exprimer à son sujet ».

« Je suis satisfait que toutes les accusations de corruption en lien avec les Coupes du monde 2026 et 2030 aient été abandonnées. Même si une seconde accusation demeure, je suis persuadé qu’il sera prouvé qu’elle est sans fondement », a dit le président du Paris Saint-Germain dans un communiqué transmis à l’AFP.

La justice suisse précise de son côté ses motivations : « L’enquête a révélé que Valcke a obtenu des avantages indus des deux co-accusés. Valcke a ainsi obtenu le remboursement d’un acompte d’environ 500.000E qu’il avait versé à des tiers pour une villa en Sardaigne, ce après l’achat de la villa par Al-Khelaïfi, via une société, à la place de Valcke. Valcke a ensuite obtenu d’Al-Khelaïfi le droit de jouissance exclusif de la villa pour une période de 18 mois au total – jusqu’à sa suspension de la FIFA – sans s’être acquitté pour cela d’un loyer d’une valeur estimée entre environ 0,9ME et 1,8ME ».

Nasser al-Khelaïfi n’est plus poursuivi dans le volet pénal

« Valcke a reçu du troisième prévenu trois paiements d’une valeur totale de 1,25ME à sa société Sportunited Sarl. L’accusation de gestion déloyale découle de ce que Valcke n’a pas annoncé les avantages précités à la FIFA, se comportant ainsi de manière contraire à ses devoirs dans le cadre de son activité de Secrétaire général de celle-ci, et du fait qu’il s’est enrichi de manière illégale. Dans ce contexte, Al-Khelaïfi et le troisième prévenu sont accusés d’instigation », précise Ministère public de la Confédération Suisse (MPC).

Nasser al-Khelaïfi n’est plus poursuivi dans le volet pénal des attributions des droits des Mondiaux 2026 et 2030. La Fifa a en effet retiré sa plainte après avoir trouvé « un accord amiable » avec Nasser Al-Khelaïfi, explique la justice suisse, sans donner de précision sur cet accord.

NAK pourrait aussi se lancer contre certains médias pour laver son nom. « Je me réserve également le droit de prendre des mesures contre certains médias qui, pendant trois ans, ont publié à plusieurs reprises des articles non étayés par des faits et très préjudiciables, souvent basés sur des sources d’origine illégale et – tout à fait remarquable dans certains cas – des documents truqués et fabriqués, pour satisfaire leur récit de ma supposée culpabilité », a-t-il fait savoir.