Publicité / Ad

Sur RMC, Daniel Riolo a donné sa version du clash entre les Bleus et Karim Benzema.

Karim Benzema à la retraite internationale, tant que Didier Deschamps sera sélectionneur. Voilà où on en est depuis la fin de la Coupe du Monde. Au coeur du clash, un désaccord sur la gestion de la blessure du joueur. KB9 voulait rester avec les Bleus et jouer les 8e. DD a suivi sa ligne : aucune joueur blessé ne reste en sélection.

Publicité / Ad

Daniel Riolo en dit plus sur les dessous de l’affaire. «Ils partent à la Coupe du monde, Benzema est un peu blessé mais Benzema dit : ‘je connais mon corps parfaitement, je sais comment le soigner’ et fait ça un peu de son côté. L’exigence de Benzema dans les premiers jours de la Coupe du monde en agace un peu certains. Benzema est allé à Aspetar, on l’a très mal géré. On lui a demandé de forcer un peu à l’entraînement alors que lui ne voulait pas, toujours dans sa réflexion de ‘je sais gérer mon corps’. Il a forcé plus que ce qu’il aurait dû et il s’est de nouveau blessé», raconte Daniel Riolo.

Publicité / Ad

«Les clichés qui ont circulé sur les réseaux sociaux, je les ai fait analyser par des médecins du sport. On m’a dit que c’était une forme de rechute et que le faire jouer en 8es de finale, c’est une prise de risque mais qu’il aurait pu être sur le banc et même entrer en cas d’extrême nécessité. Mais en quart de finale, il aurait été totalement opérationnel», a-t-il avancé.

« Deschamps nous a menti de A à Z »

Super Daniel Riolo accuse ensuite Didier Deschamps. «Quand ils sortent Benzema et que le médecin de l’équipe de France dit : ‘c’est bon, t’es blessé, tu t’en vas’ et qu’on lui prend un avion à 6h du mat… C’est bizarre la façon dont on dit à un mec qu’on rappelle en équipe de France : ‘tu pars dans la nuit’. Il est parti, d’où son silence dans les semaines qui ont suivi. La France va en finale et avec l’émotion suscitée par la performance, on l’oublie. Il y a néanmoins une vérité qu’il faut raconter : Benzema méritait un peu plus de respect et celui qui dit ça n’est quand même pas le plus grand des avocats de Benzema. J’ai toujours reconnu ses qualités sportives indiscutables sans être son grand défenseur. Je veux être objectif et objectivement, on l’a pris pour un con, on l’a jeté dehors», a-t-il dénoncé.

«Il y avait certaines tensions. Oui, le mardi qui a suivi son départ, certains joueurs de l’équipe de France n’étaient pas mécontents de le voir partir : Griezmann, Lloris, Giroud. Mbappé, ça ne lui faisait ni chaud, ni froid. Il y avait des cadres qui n’étaient pas mécontents de voir partir Benzema parce qu’il prenait un petit peu de place. Le positionnement de Griezmann changeait complètement que Benzema soit là ou non. C’est l’histoire de Benzema-Deschamps autour de cette Coupe du monde. On l’a réellement pris un con et Deschamps nous a menti de A à Z», conclut-il.

Publicité / Ad

Write A Comment