Le président de l’OM et Nasser al-Khelaifi en pleine bromance pour le bien de la Ligue 1

Rédigé par : | Le 15 mai 2018 à 13:35
| Mise à jour : 15 mai 2018 à 13:35

Le président de l’Olympique de Marseille, Jacques-Henri Eyraud, évoque le projet du PSG sur RMC.

Rarement un président de l’OM aura vanté les mérites du PSG. Jacques-Henri Eyraud l’a fait sur RMC : «Le PSG est devenu une machine, une équipe exceptionnelle, un beau projet, avec des joueurs de classe mondiale. Ils ont échoué cette année en huitièmes de finale de la Ligue des champions, nous on avance. C’est un peu David contre Goliath, le PSG contre l’OM. Je pense qu’ils iront loin, ils méritent d’aller plus loin, et nous de faire notre chemin. On a déjà dépensé 118M€, c’est beaucoup pour une équipe. C’est sûr qu’on n’a pas les moyens du Paris Saint-Germain. On pense qu’avec ce montant d’investissements on peut aller loin, et on l’a démontré cette année.»

La drague semble se faire des deux côtés, pour le bien de la Ligue 1. Dans France Football Nasser al-Khelaifi, président du PSG, pose une question à son homologue de l’OM : « Comment les clubs français peuvent-ils mieux travailler ensemble pour développer sur le long terme les intérêts de la Ligue 1 en France et à l’international ? »

Réponse de Jacques-Henri Eyraud : « Il y a besoin de locomotives soudées qui travaillent au rayonnement de notre football hors des frontières. Je serais très heureux de travailler encore plus aux côtés de Nasser en ce sens, car il faut se préparer à la concurrence avec d’autres formes de divertissement. Aujourd’hui, le foot est le seul spectacle pouvant attirer 10, 15 millions de téléspectateurs, mais il ne faut pas croire que c’est acquis à jamais ! Un jour, notamment auprès des jeunes générations, il peut être dépassé par du football virtuel. Le football n’est pas à l’abri. Dans dix ans, c’est-à-dire demain, grâce à la technologie, deux entrepreneurs de dix-huit ans inventeront peut-être un divertissement monstrueux, un loisir global qui détrônera les sports traditionnels. Il faut être très conscient de ça. Ne pas croire que la rente sera croissante éternellement. »