Sherrer Maxwell est un vrai gentleman. Il le prouve sur le terrain, avec son calme et son respect de l’adversaire. Mais aussi en dehors : partout où il est passé, le défenseur parisien a laissé un bon souvenir, que ce soit à l’Ajax Amsterdam, à l’Inter, puis au Barça. Ses anciens coéquipiers en témoignent dans Le Parisien.

publicité

Julien Escudé, défenseur de l’Ajax Amsterdam de 2003 à 2006. « Il m’a beaucoup aidé à m’adapter. A mon arrivée, il m’a aussitôt donné son numéro de téléphone en me disant de ne pas hésiter à l’appeler au moindre souci. On se voyait régulièrement. Il vivait avec sa mère à l’époque. C’était un bon vivant, il aimait bien manger et il adorait déjà Paris ! C’était une personne très attachante, discrète et respectueuse des autres. »

Olivier Dacourt, milieu de terrain de l’Inter Milan de 2006 à 2009.« C’est le joueur le plus gentil avec lequel j’ai évolué. A l’Inter, il était très discret, jamais un mot plus haut que l’autre. Il partageait sa chambre avec Ibra. Ça en dit long sur sa patience ! Il était le seul à pouvoir réussir à faire cela. Sa dernière saison à l’Inter a été plus compliquée. Mais je ne l’ai jamais vu râler. Il doit certainement réserver ses coups de gueule à son épouse ! Je lui disais d’ailleurs de s’énerver un peu plus. Celui qui fera sortir Maxwell de ses gonds n’est pas encore né. »

Pep Guardiola, entraîneur de Barcelone de 2008 à 2012. « J’ai travaillé pendant trois ans avec Maxwell au Barça. J’en conserve d’excellents souvenirs. C’est le genre de joueur qu’un technicien aime diriger : il est attentif aux consignes, discipliné, travailleur et ambitieux. En match ou à l’entraînement, il a toujours donné son maximum pour l’équipe. Au niveau de son style de jeu, il ne lâche jamais rien. »

Siaka Tiéné, latéral gauche du PSG de 2010 à 2013. « Je ne l’ai jamais vu s’emporter. Il est toujours posé. Il parle calmement. On est obligés de l’écouter. C’est vraiment quelqu’un de bien. L’image du gendre idéal n’est pas une simple formule avec lui. Il est tout le temps le premier à l’entraînement. C’est un vrai pro. Il est discret. Il ne chambre pas, mais il rigole. Il participe et il est disponible avec tout le monde. »

Source : Le Parisien

 

0 Partages

Write A Comment

publicité