Nasser Al-Khelaïfi va-t-il démissionner ?

Rédigé par : | Le 13 octobre 2017 à 12:00
| Mise à jour : 13 octobre 2017 à 12:28

Nasser Al-Khelaïfi est au coeur d’une enquête de la justice suisse pour corruption privée, escroquerie, gestion déloyale liés à l’attribution des droits médias des Coupes du monde 2018, 2022, 2026 et 2030.

Be In Sports et indirectement le PSG ont été secoués par l’enquête ouverte par le justice suisse sur la personne de Nasser Al-Khelaïfi. Le président du PSG, qui est aussi le patron de Be In Media Group, se voit soupçonné par la justice suisse dans le cadre d’une enquête pour corruption sur l’attribution des droits médias des Coupes du monde 2018, 2022, 2026 et 2030.

Le démenti de Be In Media ne s’est pas fait attendre « beIN Media Group réfute toutes les accusations portées par le MPC. Le Groupe collaborera pleinement avec les autorités et attend sereinement les suites de l’enquête ».

Jérôme Valcke, soupçonné dans cette enquête de « corruption privée, d’escroquerie, de gestion déloyale ainsi que de faux dans les titres », a lui complètement dédouané NAK.

Mais désormais, la question se pose: Nasser Al-Khelaïfi peut-il dans ce contexte de suspicion, rester président du PSG ?  Nasser Al-Khelaïfi n’a pas encore été interrogé par la justice suisse, mais selon L’Equipe, les « charges sont lourdes et pourraient mettre en péril son avenir de dirigeant d’entreprise et de président du PSG. Rien que pour la corruption privée, la loi suisse prévoit, depuis 2016, une peine privative de liberté de trois ans au plus ou d’une peine pécuniaire ».

Pour le moment, le Qatar ne semble pas vouloir changer de stratégie, Nasser Al-Khelaïfi devrait donc rester en poste. L’intéressé, n’a, selon L’Equipe « pas prévu de démissionner ».

Dans Le Parisien, Christian Chesnot, coauteur avec Georges Malbrunot de «Nos très chers émirs» (Michel Lafon), estime cependant que tout est possible. « Si l’affaire prend de l’ampleur, Nasser peut être exfiltré au Qatar. Même si ce sera déguisé sous une forme de promotion. Les Qatariens ne veulent pas être salis par les affaires. Mais avec la puissance de leurs ennemis, c’est peut-être le vrai début des ennuis pour le Qatar ».

Avec des conséquences pour le PSG ?