« Querelles de président », « Le foot pro ne s’est pas battu » : Riolo balance

Rédigé par : | Le 2 mai 2020 à 8:30
| Mise à jour : 2 mai 2020 à 8:30

Sur RMC Sport, Daniel Riolo a évoqué la fin du championnat. Une décision gouvernementale qui a mis la LFP devant le fait accompli.

Le foot s’est préparé pour rien. « Pendant un mois, le foot français a préparé la reprise, élaboré un scénario de retour au terrain tout en affichant un visage différent. Au final et au moment de décider, l’Etat s’est retrouvé face à des gens qui n’ont jamais réellement dit de façon forte et unanime : On est prêt. Au lieu de ça, on a eu la querelle des présidents. La défaillance de la gouvernance. Les difficiles voire impossibles négociations autour des salaires et un syndicat, UNFP, qui a clairement dit ne pas vouloir reprendre. D’habitude Sylvain Kastendeuch et ses amis ne servent quasiment à rien et on ne sait pas qui ils représentent vraiment, mais là on a bien compris qu’ils ont bien participé à flinguer la L1 ».

publicité

Le foot ne s’est pas battu. « Le foot pro sortira donc de cette crise en miettes et sans s’être battu. Sans même avoir tenté de repousser la décision pour voir si la situation pouvait s’améliorer. Il a accepté sans rien dire. »

publicité

Le foot et une image dégradée. « Il a encore donné une image catastrophique. Les joueurs ne lâchent rien si ce n’est quelques dons par ci par là et un accord UNFP auquel personne n’a rien compris. Aucun joueur du PSG n’est à l’UNFP. Le premier de nos clubs n’est donc pas représenté. Ça laisse perplexe non ? Vous me direz que le PSG n’a besoin de personne pour donner une sale image. D’ailleurs on attend encore les baisses de salaires et les gestes forts et positifs dans la crise. »

publicité