Une villa en Sardaigne, le moyen de corruption de Nasser Al-Khelaïfi ?

Rédigé par : | Le 13 octobre 2017 à 17:31
| Mise à jour : 13 octobre 2017 à 17:36

Nasser Al-Khelaïfi
Nasser Al-Khelaïfi

Dans l’affaire de corruption présumée pour l’obtention des droits TV de la Coupe du Monde, la police italienne apporte ses éléments.

C’est la justice suisse qui a lancé la procédure contre l’ex-n°2 de la FIFA Jérôme Valcke et le président de beIN Media Nasser Al-Khelaïfi. Mais l’élément principal de cette affaire a été dévoilé par la police italienne.

publicité

Et c’est une villa de sardaigne qui serait au coeur de l’enquête. Selon les enquêteurs italiens, la Villa Bianca, située à Porto Cervo et estimée à 7M€, a été utilisée par le président de beIN Media Group (Nasser Al-Khelaïfi) pour «corrompre» l’ex-dirigeant français de la FIFA qui en disposait à son bon vouloir.

publicité

La Villa Bianca appartient à une société immobilière établie à l’international, mais était à la disposition de Jérôme Valcke, selon le communiqué de la police italienne.

publicité

La police italienne assure aussi que plusieurs personnes, « liées à divers titres à la société propriétaire de la villa » ont été interrogées. Des documents et du matériel informatique ont été saisis.

Vendredi matin, Jérôme Valcke, avait cependant totalement dédouané Nasser Al-Khelaïfi, assurant n’avoir rien reçu de sa part. De son côté Be In Media avait réfuté « toutes les accusations portées par le MPC. Le Groupe collaborera pleinement avec les autorités et attend sereinement les suites de l’enquête ».