De l’aveu des adversaires du PSG, les conditions de jeu sont désormais un atout pour contrer les offensives parisiennes.

Cette saison, les adversaires du PSG sont prêts à tout pour empêcher la MCN de développer son jeu. A Montpellier, c’est un allié bien involontaire qui a aidé le MHSC a tenir le PSG en échec: une pelouse calamiteuse.

Dimanche soir, l’OM a utilisé cette tactique a son avantage: «On avait vraiment tout fait pour mettre tout de notre côté, comme l’arrosage de la pelouse», a avoué Steve Mandanda après le match. Les parisiens eux, ont dénonce ces conditions.

«On nous met beaucoup de bâtons dans les roues. On sait comment on va être reçu, terrain pas arrosé et tout ce qui va avec”, a souligné Kylian Mbappé. Même son de cloche pour Neymar “La pelouse était sèche et haute, a abondé son partenaire brésilien. Il faudra s’habituer : nos adversaires vont tout tenter contre nous».

Fini donc le bus derrière, les clubs de Ligue vont-ils déjouer le PSG avec des arguments techniques plus que sportifs ? La LFP ne l’entend pas de cette oreille et prévoit «la possibilité de sanctionner les clubs disposant de mauvaises pelouses». Dimanche, la pelouse du Vélodrome était neuve et en bon état, rien de répréhensible. Elle avait même été spécialement changée pour le Clasico.

Dans les années 1990, Luis Fernandez utilisait un arrosage massif au Parc des Princes pour accélérer considérablement le jeu à domicile. Dijon a rigolé la semaine dernière en voulant détruire sa pelouse avec des taureaux avant de jouer le PSG.

Rien n’empêche, dans les règlements, un club de coup son herbe plus haute ou de ne pas l’arroser… Les autres clubs de Ligue 1 vont probablement tirer les enseignements de ce Clasico, qui décidément, ne s’est pas passé comme prévu par le PSG…

Write A Comment

Google News Google News