Benjamin Stambouli va retrouver son club formateur, Montpellier, vendredi soir à la Mosson.

Le maillot du PSG sur le dos, ce sera forcément un événement pour Stambouli, qui a tout connu avec le MHSC, dont le titre de champion en 2012.  “Des sifflets à la Mosson ? J’espère qu’il n’y en aura pas. J’ai gardé de bons rapports avec tout le monde : les joueurs, le staff, le président, les supporters, les cuisiniers… Quoi qu’il arrive, Montpellier restera ma ville, mon club. Après, il y a un match à jouer et à gagner. Il n’y aura pas de cadeaux. Je vais simplement faire ce que l’on m’a appris à La Paillade”, explique-t-il dans le Midi Libre.

Le joueur revient aussi sur la manière dont le PSG l’approché. “Les dirigeants du club s’étaient déjà renseignés la saison dernière sans pour autant entrer en contact avec moi à l’époque. Mi-juin, ils ont appelé mon agent. Le soir même, j’avais Olivier Létang au téléphone qui m’expliquait le projet du club. Le lendemain, c’est Laurent Blanc qui me téléphonait. Avec lui, nous avons parlé football. Un peu plus tard, c’est Jean-Louis Gasset qui me contactait. Puis les deux clubs sont entrés en négociations. J’ai demandé deux jours de réflexion. Mais dans mon esprit, avant même que les deux clubs soient tombés d’accord, c’était OK”.

Et la concurrence ne lui fait peur, d’autant que Laurent Blanc lui a assuré qu’on le verrait sur le terrain cette saison : “Je sais combien les joueurs avec qui je suis en concurrence sont de grands joueurs. Je suis là pour apprendre et, à terme, devenir comme eux. Laurent Blanc m’a dit que Paris allait jouer environ 60 matches cette saison et qu’un groupe de 11 joueurs ne pouvait pas enchaîner autant de rencontres”, explique-t-il.

Google News Google News