La FFF met en place une nouvelle politique sur la formation aux tirs au but.

La France pourrait presque avoir une 3e étoile sur son maillot. Décembre 2022, au Qatar, les Bleus ont presque tout réussi. Sauf leur séance de tirs au but en finale de Coupe du Monde. Et ce n’était pas vraiment le moment de rater.

La Fédération Française de Football va enfin prendre le problème en compte et selon RMC Sport, “a décidé de mettre en place un processus”. Le sujet a été abordé lors d’un séminaire rassemblant toutes les sélections… sauf les A de Didier Deschamps.

“L’idée est que les staffs alimentent la réflexion, pour que la France s’améliore dans cet exercice. Un travail semblable à celui qui est déjà effectué pour les coups de pieds arrêtés. Une véritable stratégie globale qui doit être mise en place dès le mois de mars”, souligne RMC.

Et c’est le sélectionneur ou l’entraîneur qui sera au coeur de ce processus. “C’est lui le responsable et tout part de lui. À la fois la mise en place, les semaines ou les jours avant la possible séance de tirs au but, pour préparer les joueurs. Il devra leur proposer un scénario en essayant au maximum de contextualiser la séance de tirs au but. Et puis, il devra leur proposer des exercices variés qui leur permettront de créer de la confiance personnelle chez les tireurs. Il faudra aussi préparer, au même titre que celle pour le match, une vraie stratégie en lien avec cette spécificité qu’est le tir au but”, a dit le directeur technique national de la FFF (DTN) Hubert Fournier auprès de RMC Sport.

“Certains veulent être sauveurs de la patrie”

Comme le note le DTN, dans les phases finales de Coupe du monde, il y a un tier des qualifications qui se jouent à l’issue des tirs au but. Pas de quoi prendre la chose à la légère donc.. Il était temps.

Pour cette “révolution” promise par la FFF, tout a été pris en compte. L’environnement, le temps entre chaque tir, entre le coup de sifflet final et le début de la séance. Et aussi, le choix des tireurs et leur ordre. “On s’aperçoit que certains veulent un peu être les sauveurs de la patrie en tirant en cinquième, mais 20% des séances de tirs au but finissent avant. Donc, on cible plutôt les places trois et quatre qui sont peut-être celles des joueurs charnière et en capacité d’assumer ces tirs au but”, explique le DTN.

Write A Comment