Le coach du PSG Luis Enrique a fait le point sur le groupe avant la réception de Reims dimanche en Ligue 1.

Match compliqué ? “Le match aller, le résultat était assez large. Mais ça ne reflétait pas forcément la dynamique du match. Donnarumma avait été formidable, alors qu’ils avaient eu pas mal d’occasions. Ils savent jouer large face au pressing, ils ont des joueurs avec de la qualité. Il faudra bien défendre sur la largeur. Ce sera un match difficile, qu’il faudra aller chercher avec les supporters. Mais on a la possibilité de l’emporter”.

Beraldo c’est du bon. “J’ai dit à plusieurs reprises que c’est un bon travail de la direction sportive, à un poste délicat pour nous. (…) On dirait que Lucas Beraldo sort du centre de formation, qu’il est Parisien. C’est fou la façon dont il s’est adapté. C’est formidable. Il a beaucoup de personnalité, beaucoup de qualités. Il s’adapte bien à notre idée de jeu. C’est généralement l’exception qui confirme la règle”.

Retour Nuno Mendes. “Les joueurs de football ne sont pas des machines, mais des humains. Après plusieurs mois de blessure, Nuno Mendes a été exceptionnel à son poste. Il a dominé les espaces de jeu, il a su à tout moment gérer les situations de jeu. C’est évident qu’il va récupérer sa forme au fur et à mesure. On ne va pas prendre de risque. Mais il a un très bon niveau. Pour un premier match titulaire en Ligue des champions et à l’extérieur, il a fait ce qu’il fallait”.

Donnarumma. “C’est une bonne nouvelle, il n’y a rien de plus important pour un joueur d’avoir la confiance de ses supporters, de tout le monde. Celle de son entraîneur, il l’a toujours eue. Avoir un gardien top comme lui, c’est très important. On est tous très heureux de voir ses performances, sa réussite, sa capacité à s’améliorer. On veut que ce soit un leader dans l’effectif. Il a une vision plus ample du terrain, vu qu’il a le jeu face à lui. Il peut aider sur la position de ses coéquipiers. Sur son rendement, je suis très content”.

La tactique. “Mon staff et moi, on essaie d’avoir plus le ballon que l’adversaire. On essaie d’être imprévisibles pour nos adversaires, mais prévisibles pour nous. Mois après mois, les joueurs ont de plus en plus de connaissances”.

Write A Comment