Jérémy Ménez évoque la réussite de Karim Benzema par rapport aux autres membres de la fameuse “Génération 87”.

Les 87 devaient tout rafler. Une génération qui faisait envie à l’Europe entière et qui a finalement sombré. De Samir Nasri à Hatem Ben Arfa… et Jérémy Menez, l’ancien joueur du PSG. Il se confie au micro de Oui Hustle.

Pour l’ex-milieu parisien, Karim Benzema s’en est sorti, car il bossait tout le temps. “Karim, c’est le travail qui l’a amené au Ballon d’or. C’est le talent, bien sûr, mais c’est le travail. Et nous, c’est ce qui nous a manqué. Si je l’ai pas fait, c’est que c’est que j’avais des manques, c’est que j’avais peut-être pas envie et que c’était un manque. Tu vois donc qu’il n’y a pas de si”.

“C’est qu’à un moment donné, il n’y a pas de secret. Quand tu travailles pas, quand tu travailles un peu moins, et ben tes résultats baissent. Et Karim, il n’a jamais lâché. Il y a trois, quatre ans, je suis parti trois, quatre jours avec Karim en vacances. Lui, le matin, il se réveillait à 8-9h, il faisait déjà son sport, pendant que moi je dormais, tu vois. Et c’est ça l’exemple”, a avoué Jérémy Ménez.

Write A Comment

Google News Google News