Cristiano Ronaldo dur à coacher,Neymar rejoint Piqué,  la Saudi Pro League fait un flop: c’est l’actu foot de ce 9 mars.

Les stars vieillissantes, ça ne suffit pas; Malgré un mercato de fou, avec CR7, Benzema et Neymar en quelques mois, la Saudi Pro League n’attire pas. “Pour l’instant, ni les milliards investis ni les joueurs stars devenus ambassadeurs sur les réseaux sociaux n’ont suffi à transformer ce Championnat bling-bling en succès télé”, lance l’Equipe ce samedi.

“Vendredi 1er mars, à 18 heures, l’affiche de la 22e journée de Saudi Pro League Al Hilal-Al Ittihad (3-1) a fait saliver, selon nos informations, seulement 5 000 téléspectateurs sur Canal+ Foot”, lance l’Equipe. On est loin des audiences de Ligue 1, pourtant très critiquée.

A titre de comparaison, cette audience correspond… à rien. Cette “audience est nulle en parts de marché (non comptabilisée par Médiamétrie) chez l’ensemble du public et de 0,2 % chez les hommes de 25-49 ans…”, souligne l’Equipe. Pas forcément un bon investissant de la part de C+.

Ole Gunnar Solskjaer, l’ancien coach de Manchester United, estime qu’entraîner CR7 a été l’un des moments les plus difficiles de sa carrière.

Pas simple d’avoir Cristiano Ronaldo dans son effectif. C’est Ole Gunnar Solskjaer qui le dit. Lex-coach de Manchester United évoque ses difficultés avec le Portugais. Dans le podcast Stick to Football co-animé par son ancien coéquipier, Gary Neville, il s’explique: «Cristiano est différent d’Anthony Martial qui était titulaire devant, ou même de Mason (Greenwood) ou Marcus (Rashford). Edinson Cavani a été celui qui a le plus souffert lorsque Cristiano est arrivé. Nous jouions d’une certaine façon et avions amené Edinson à comprendre notre manière de jouer».

«Avec le ballon et Ronaldo dans l’équipe, ce n’était pas un problème. Mais sans lui en phase de pressing, nous avons dû changer les rôles auxquels nous nous étions habitués. Nous étions l’une des équipes qui faisaient le plus de pressing avant que Ronaldo ne nous rejoigne. Nous avons laissé partir Daniel James lorsque Cristiano est arrivé, et ce sont deux types de joueurs différents.»

«Une partie de sa signature était due à sa passion, mais il y a eu des complications. Vous avez Greenwood, Martial et Rashford qui peuvent apprendre de Cristiano car il est le meilleur, le plus discipliné et il a été le meilleur joueur du monde, et vous pensez qu’il va les aider.»

Ole a surtout du gérer le fort caractère de la star: «Quand il est arrivé au club, il m’a dit de le titulariser trois matchs de suite, puis de le mettre sur le banc pour le quatrième match, mais il est tellement passionné que quand j’ai fait ça, il n’a pas aimé.»

La Kings League se mue en Kings World Cup: Gerard Piqué, président de Kosmos et organisateur de la compétition, réussit un coup de maitre avec Neymar.

32 équipes : 10 de la Kings d’Espagne, 10 d’Amérique et 12 invitées d’autres pays vont participer à la toute nouvelle Kings World Cup. Et pour en faire la promo, Gerard Piqué a recruté un ancien coéquipier: Neymar.

Selon Sport, le Brésilien, qui se remet d’une rupture du ligament croisé du genou survenue mi-octobre, prépare son retour sur le terrain. Même s’il est en phase de rééducation, il planifie donc un retour avec son club et la nouvelle League de Piqué.

La compétition débutera au Mexique le 26 mai pour se terminer le 8 juin. 40 matchs auront lieu et ensuite une phase finale. Le vainqueur pourra remporter la somme d’1 million de dollars et sera couronné Roi de la compétition. Parfait pour Neymar ?

Erling Haaland est plutôt discret en dehors des terrains : mais comme beaucoup de footballeurs, il adore les grosses bagnoles.

En France, on aime la bagnole. C’est le président Emmanuel Macron qui le dit. Mais pas qu’en France. Selon le média norvégien Dagens Naeringsliv, Erling Haaland a fait une folie en s’achetant une voiture de luxe.

Il s’agit d’une Mercedes, modèle AMG One. Et le prix n’est pas dérisoire : 2,5 millions d’euros. Pourquoi aussi cher ? Car le bolide est équipé d’un moteur similaire à celui utilisé par l’écurie de Formule 1 Mercedes lors de la saison 2016-17.

La voiture peut ainsi atteindre une vitesse de 352 km/h, rien que ça. Utile pour rouler sur des routes limitées à 110 km/h en Norvège ou en Angleterre. Mais Erling Haaland a du batailler pour sa la payer, car seulement 275 exemplaires ont été produits.

Write A Comment