Le président de Naples Aurelio De Laurentiis et le nouvel entraîneur Antonio Conte ne comptent pas se laisser faire pour Kvaratskhelia. Le joueur a évoqué la situation en marge de l’Euro.

La pression monte dans le dossier Kvaratskhelia. En conférence de presse ce mercredi, le président de Naples Aurelio De Laurentiis et le nouvel entraîneur Antonio Conte ont assuré compter sur le joueur.

Le président de Naples s’est montré menaçant, estimant que si le PSG a négocié directement avec le joueur (ce qui est interdit puisqu’il est sous contrat), il pourrait y avoir des poursuites: « Il n’y a pas de problème avec Kvaratskhelia, il est sous contrat et nous allons lui en proposer un nouveau. Je ne vois pas de souci. Si quelqu’un a contacté Kvaratskhelia sans y être autorisé alors qu’il est le président de l’ECA… Nous pourrions demander un rappel à l’ordre. Je ne suis plus surpris par rien dans le football, pour être honnête”. Une menace directe envers le président du PSG, Nasser Al-Khelaïfi (aussi président de l’ECA, Association européenne des clubs).


Kvara répond à Conte et à son président

Antonio Conte, le coach fraichement nommé, a lui assuré compter sur le joueur. « Kvaratskhelia et Di Lorenzo sont des joueurs clefs pour moi. J’ai été clair à ce sujet. J’ai placé un veto absolu pour Di Lorenzo, Lobotka, Anguissa et Kvaratskhelia. Il n’y a aucun doute, Kvaratskhelia va rester et jouer ici. »

Le joueur a ensuite réagi en marge de l’Euro. « Je respecte Conte, c’est l’un des meilleurs coachs. Je respecte aussi Naples, j’aime Naples. Je déciderai de mon futur après l’Euro, pour l’heure je suis focalisé sur le match contre l’Espagne », a-t-il dit. Mais en coulisses, Kvara dispose d’un accord avec le PSG et veut rejoindre la capitale cet été. Le dossier devrait s’accélérer après l’Euro…

Write A Comment